Interruption du projet

Après 16 mois de travaux intensifs, je décide de mettre en pause le développement de SimpleManager, nos objectifs de constitution d’une équipe pour début 2018 et de levée de fonds n’ayant pas été atteints. Le projet restera en ligne gratuitement jusqu’en août 2018 pour ceux qui se sont inscrits en 2017.

Pourquoi une interruption ?

Un projet de développement n’est pas viable sans une équipe solide qui y croit, des soutiens et des ressources permettant de tenir dans la durée. Si la base technique de SimpleManager est solide, si l’outil est capable aujourd’hui de rendre service au plus grand nombre, cela n’est malheureusement pas suffisant  pour assurer son succès. 

Aujourd’hui, son créateur et quelques utilisateurs prennent le risque d’y consacrer du temps. Cependant il manque des associés, des partenaires, des ambassadeurs, bref, une équipe de projet et des ressources.

Time to market ?

Pourtant la concurrence, surtout internationale, grossit de plus en plus en se focalisant sur la France en ce début d’année.

  • La nouvelle réglementation française en 2018 oblige de plus en plus d’entreprises à utiliser un logiciel de gestion à la norme. Un bel argument pour convaincre les innombrables commerçants qui travaillent sous excel à se mettre en règle.
  • Le RGPD qui entrera en vigueur dans quelques mois rendra la plupart des logiciels de gestion actuels non conformes aux exigences européennes. Un bel argument pour convaincre ceux qui travaillent sur un logiciel non conforme, donc illégal, à changer de solution.
  • Le marché est fortement fragmenté. Tant qu’aucun acteur national ou international est en situation de monopole, il y a du soleil.

Pour ne citer que cet exemple, l’éditeur finlandais Zervant a compris qu’il y avait une carte à jouer, en levant 8 millions de dollars et en proposant son logiciel gratuitement en France, dans le but avoué de gagner un maximum de parts de marché. D’autres entreprises internationales misent également sur notre marché français et sa réglementation favorable.

Laisser un commentaire